La Faune > Autres espèces aquatiques > Le Gardon 
Rechercher sur le site :
Plan du site Imprimer cette page
  • nouveau dépositaire des ventes des cartes de pêche de la gaule moirantine
  • Jardival
  • Courantpêche Oyonnax
  • location - ventes - réparations CYCLES 0677713830 - 0384411364
  • DEVAUX GARAGE NAUTISME PONT DE POITTE
  • Fabien MILLET moniteur-guide de pêche. initiation-perfectionnement pêche de la truite et carnassiers
  • Jean-François Mornico SARL Sports Nautic 39 et l
  • courrier gratuit, bimensuel et indépendant
  • LA PETITE MONTAGNE 39260 MOIRANS EN MONTAGNE TEL 03 84 42 34 98 www.campinglapetitemontagne.com
  • JURA VVF Maisod Au bord du lac de Vouglans, www.vvf-villages.fr › Maisod - Eté - Votre village
  • lamétéo sur la région des lacs du jura
  • LE magazine CARPE
  • le magazine carnassiers
  • magazine de pêche à la mouche et aux leurres qui milite pour la préservation de nos cours d
  • la pêche des carnassiers dans le Jura
  • Fédération de pêche du Jura
  • Aricia

 

 

 LE GARDON

 A ne pas confondre avec son cousin le rotengle qui a la bouche tournée vers le haut !

                                  



Rutilus Rutilus – Linné, 1758
Famille des Cyprinidés


Description

Le corps du gardon est légèrement aplati latéralement mais malgré tout allongé. Il est recouvert de grandes écailles brillantes au nombre de 42 à 45 sur la ligne latérale. La nageoire dorsale est située à l’aplomb des nageoires pelviennes. La caudale fine est nettement échancrée. La ligne latérale est très marquée.
Le dos est vert-bleu tandis que les flancs sont gris-argenté. Les nageoires pelviennes et anale sont jaune-orangé, les autres de couleur gris-brun. L’iris de l’œil du gardon est rouge.
Il existe une multitude d’hybrides de gardons avec des brèmes, ablettes ou rotengles chez qui la morphologie diffère sensiblement.


Habitat et mœurs

Le gardon est sûrement un des poissons les plus communs de l’ensemble des eaux européennes. Il se plaît partout où il trouve des secteurs suffisamment profonds pour qu’il puisse être en sécurité car il a de nombreux prédateurs. On le rencontre particulièrement dans les lacs, les étangs, les retenues de barrages mais aussi dans les rivières et fleuves, les bras morts... Il fréquente aussi les parties basses des rivières à truite. Il vit en banc serré composé d’individus de plusieurs générations. Il semble relativement bien supporter les eaux de médiocre qualité.


Régime alimentaire

Le gardon est capable de s’alimenter à toutes les hauteurs d’eau. Sur le fond il fouille le gravier, la vase et les herbiers afin d’y trouver des proies animales comme les vers de vase, larves d’insectes, mollusques... Mais il se nourrit également des jeunes pousses de végétaux, des débris, des algues et en été de la mousse ! Il peut à d’autres moments, surtout en été, gober en surface des insectes terrestres tombés accidentellement dans l’eau ou ceux en train d’éclore. Il ne dédaigne pas non plus le plancton surtout dans son plus jeune âge.


Reproduction

C’est entre avril et juin, lorsque la température de l’eau dépasse les 12°C, que se déroule la reproduction. Les gardons fraient sur les zones soit de végétation aquatique soit de graviers, dans tous les cas peu profondes, moins d’un mètre, et souvent situées près des berges. Toutes les femelles d’un même groupe pondent ensemble au même moment et au même endroit, chacune dépose de 5.000 à 100.000 ovules. Une dizaine de jours après avoir été fécondés, les œufs donnent naissance aux alevins. Certaines années particulièrement chaudes, les gardons se reproduisent deux à trois fois. La croissance des jeunes est lente et il leur faudra attendre souvent trois années et la taille de 15 cm pour à leur tour se reproduire !


Noms étrangers

Roach (anglais) ; plötze, furn (allemand) ; pigo, scardola (italien) ; bolla (espagnol) ; bodorka (croate).
 

 

Durée de vie : en moyenne 10 ans, jusqu’à 15 ans
Taille : en moyenne 20 cm, jusqu’à 40 cm
Poids : en moyenne 150 g, jusqu’à 1,5 kg

 

AAPPMA de "La Gaule Moirantine"
Réalisation et hébergement : Aricia